Le portail des blogs Elunet

Mot clé - riposter

Fil des billets - Fil des commentaires

La résolution du Conseil national du PCF adoptée à prés de 75% par ses membres

A l'issue du Conseil national du PCF les 8 et 9 avril 2011, où plus de 100 membres du Conseil national sont intervenus, la résolution a été adopté par 87 voix, contre 30, et 9 abstentions.

logo_pcf.jpg

Le texte de la résolution :

Le Conseil national s'est réuni les 8 et 9 avril. Il a tiré le bilan des élections cantonales. Compte tenu du niveau de l’abstention, les résultats de ces élections ne peuvent conduire à des projections hâtives sur les futures échéances politiques.

Les grands traits de la situation qui en découlent sont cependant clairs : notre pays est plongé dans une crise et une instabilité politiques inédites, qui appellent des réponses alternatives fortes à gauche. Faute de cela, les dérives droitières, voire d’extrême-droite, risquent de s'accélérer.

Dans cet objectif, les bons résultats du Front de gauche nous incitent a poursuivre la démarche engagée avec nos partenaires pour crédibiliser un chemin pour sortir la France de la crise et réussir le changement.

Nous vivons, depuis 2008 et la crise financière mondiale, une situation politique exceptionnelle: Nicolas Sarkozy n'a fait qu'enfoncer la France dans cette crise et a fragilisé l'économie nationale en sacrifiant la production des richesses aux intérêts du capitalisme financier. Notre peuple souffre mais n'a pas renoncé à l'espoir : les résistances continuent d'être massives et multiformes. A l'échelle européenne, le pacte de l'euro + constitue une machine de guerre contre les travailleurs, les services publics et la souveraineté des Etats. Au plan international, Sarkozy engage notre pays dans des aventures guerrières, contraires au rôle positif que pourrait jouer notre pays.

Comment ouvrir dans cette situation le chemin d'une alternative avec nos concitoyens ?

C'est à cela qu'il convient de consacrer toute notre énergie et notre créativité politique.

Alors que la gauche n'apparaît pas capable de s'unir sur la politique de changement attendue par les Français, le Front de gauche est pour nous la meilleure chance de relancer la gauche et de contribuer à son rassemblement pour gagner une majorité de gauche à la hauteur de ces attentes.

Dans le contexte des échéances de 2012, le Conseil national identifie deux conditions de la réussite :

  • La première est que se conclut entre toutes les forces actuelles du Front de gauche un accord à la hauteur des défis posés par la situation politique actuelle,un accord qui permette à chacune, et toutes ensemble, de s’engager pleinement dans la bataille, où chacun soit respecté et où le Parti communiste tienne toute sa place.

Après l'adresse aux communistes adoptée en janvier, la délégation du PCF a acté avec nos partenaires un texte portant sur notre ambition politique. Des discussions sont aussi engagées sur le programme partagé et sont résumées dans un document de travail provisoire. Ces textes sont soumis à l'appréciation des communistes et doivent être enrichis, évalués puis validés par la Conférence Nationale. Nos ambitions pour les élections législatives sont également partie intégrante des choix que nous voulons arrêter en juin sur les échéances de 2012 et sont elles aussi débattues nationalement. Elle doivent se poursuivre en intensifiant les échanges avec les fédérations, avec les communistes dans les circonscriptions, et ouvrir dès maintenant le débat sur les candidatures en plaçant la parité des candidatures titulaires ainsi que l'ouverture au monde du travail et aux forces citoyennes engagées à nos côtés au cœur de nos objectifs.

  • La deuxième condition de la réalisation de notre ambition politique est que le Parti communiste investisse pleinement la démarche du Front de Gauche, avec toute l’énergie, l’esprit d’initiative et de rassemblement dont il est capable, comme viennent encore de le montrer les cantonales, après la bataille des retraites et bien d’autres avant.

Nous devons ambitionner une campagne du Front de Gauche 2012 qui mette au cœur du débat politique les choix de la future majorité législative pour battre la droite et l'extrême droite et sortir la France de la crise. Nous pouvons mener une campagne qui s'appuie sur des centaines de candidat-es qui portent l'objectif d'ouvrir les portes du pouvoir au peuple pour en faire l'acteur du changement : 1200 voix pour porter nos objectifs de transformation sociale et exprimer la diversité et la force collective de notre rassemblement. L'objectif essentiel sera d'aboutir à un groupe du front de gauche où la composante communiste sera renforcée pour mieux répondre aux attentes de la population.

Dans cet objectif, le Conseil national verse au débat des communistes les propositions suivantes :

  • 1. Construire des fronts autour des grandes urgences sociales : la lutte contre la précarité, pour le logement, l'école, la santé, les transports, l'égalité femmes hommes, contre les discriminations. ... Nous proposons en particulier un front contre la vie chère, pour l'augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux ; autour de grandes réformes sans lesquelles le changement sera impossible : maîtrise publique bancaire, renouveau industriel et technologique, construction d'une 6ème République, planification écologique ..

Nous proposons notamment un front contre le pacte euro+ et pour une autre Europe avec l'organisation d'un meeting du Front de gauche et du PGE le 3 mai à Paris.

  • 2. Travailler à l'élargissement de la dynamique du Front de gauche en mobilisant l'engagement citoyen d'une part croissante des forces vives du pays à travers des assemblées citoyennes ou sous toute autre forme : en construisant dès maintenant des dynamiques de débats, d'ateliers, d'actions, de mobilisations.

Nous pourrions par exemple créer des ateliers législatifs pour élaborer avec les citoyens dans les circonscriptions des propositions de lois qui répondent aux attentes populaires.

  • 3. C'est avec cette ambition de déploiement populaire du Front de gauche que le conseil national a instruit la question de la candidature à l'élection présidentielle.

Quatre candidatures sont soumises au débat des communistes, celles d'André Gérin, d'Emmanuel Dang Tran, d'André Chassaigne et de Jean-Luc Mélenchon. Compte tenu de l'engagement très majoritaire des adhérents dans la stratégie du Front de gauche, nous considérons que l'essentiel de la discussion des communistes porte déjà sur le choix entre ces deux dernières candidatures.

Le conseil national invite les communistes à faire leur choix non pas en soutien à une personnalité car aucune de ces deux candidatures à elle seule ne clôt l'accord d'ensemble mais au regard de deux critères politiques :
une volonté, celle d'aboutir à un accord qui permette à la dynamique que nous avons initiée de franchir une étape décisive en 2012 .

Une exigence claire, celle que le choix d'une candidature respecte les objectifs que nous exprimions dans l'adresse aux communistes adoptée début janvier. Elle est pour nous conditionnée à la conclusion d'un accord d'ensemble satisfaisant nos objectifs politiques, un accord qui garantisse le respect d'engagements collectifs, la diversité de notre rassemblement, et la place de notre Parti.

Le processus de préparation de la conférence Nationale est désormais ouvert.

Nous versons au débat des communistes l'ensemble des éléments issus de ce Conseil National :

L'introduction au débat de Pierre Laurent, secrétaire national de notre Parti, les analyses et les opinions qu'elle contient,en particulier celle qu'il exprime sur la candidature à la Présidentielle, la discussion qui a suivi, les textes discutés avec nos partenaires, l'adresse, toujours d'actualité, que le Conseil national a adressé aux communistes en janvier.

Nous appelons dès maintenant à la tenue d'assemblées générales de communistes pour mener un débat le plus large possible permettant la participation de toutes les adhérent-e-s.

Ces réunions doivent faire l'objet de compte rendus envoyés à la Présidence du Conseil National . La présidence mettra en place une commission, représentative de la diversité des opinions exprimées, chargée de récolter ces procès verbaux , de les mettre à la disposition de tous les communistes, ainsi que tous les éléments qui les aideront à formuler leur choix, notamment les argumentaires explicitant le sens des différentes candidatures..

Chaque fédération décidera de la forme la plus efficace que pourra prendre la mise en commun départementale de ces discussions.
Nous avons en effet besoin de l'apport et de l'implication de tous les communistes, dans un débat serein et responsable, pour que nos décisions soient élaborées collectivement et que chaque adhérent se retrouve dans les décisions qui seront prises.
Les fédérations devront veiller à envoyer des délégations à la conférence nationale représentatives de la diversité de leurs débats, sur la base d'une proposition de représentation conforme à nos statuts : des délégations élues par les conseils départementaux que nous proposons de fixer à 3 délégué-e-s par département plus 1 par tranche de 5OO, l'ensemble des membres du Conseil National qui sont délégué-e-s de droit, et des délégations des parlementaires communistes, dans lesquelles nous proposons qu'ils soient tous et toutes présentes.
La conférence nationale serait ainsi composée de 800 délégué-e-s environ, à jour de leurs cotisations.

Cette conférence nationale des 3, 4 et 5 juin, après débat instruit à partir de tous ces éléments d'appréciation, élaborera le bulletin de vote comportant la proposition de candidature pour l'élection présidentielle et les adhérents se prononceront en toute souveraineté les 16, 17 et 18 juin sur cette proposition.

 

Second tour des élections cantonales: déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Les résultats du scrutin, connus à cette heure, garantissent la victoire des forces de gauche contre la droite et l’extrême droite. Les électeurs ont clairement sanctionné la politique de Nicolas Sarkozy à l’occasion de cette élection. Le Front de gauche a largement contribué à cette victoire.

logo_pcf.jpg

Il est confirmé ce soir comme la deuxième force à gauche. Plus de 100 conseillers généraux qui représentaient notre rassemblement dans cette élection seront élu-es ou réélu-es. Parmi eux, la quasi totalité des sortants communistes. Les deux conseils généraux qu’un communiste présidait le seront demain avec des majorités confortées.

J’adresse à tous ces élu-es mes sincères et chaleureuses félicitations.

C’est une très bonne nouvelle pour les populations qui disposeront, dès demain, de conseillères et conseillers généraux de gauche combatifs et déterminés à mettre en œuvre des politiques départementales conformes à leurs intérêts.

Je veux féliciter tous les militants communistes dont l’engagement a été décisif pour obtenir ce résultat.

Ces résultats du Front de gauche nous encouragent à amplifier la démarche de transformation sociale et de rassemblement déjà engagée.

Les leçons de ce scrutin ne doivent pas être oubliées. Alors que la droite est aujourd’hui rejetée et que la défiance à l’égard de la vie politique est grandissante, la priorité des forces sociales et démocratiques doit désormais être à la construction d’une alternative crédible à gauche.

Le Front de gauche consacrera toute son énergie à mobiliser les salarié-es qui n’en peuvent plus de la politique gouvernementale et à contrer les opérations démagogiques du Front national qui visent à détourner l’aspiration au changement des Français-es.

J’appelle les communistes, dans tout le pays, à l’appui des résultats de ce scrutin, à multiplier les initiatives dans les semaines et les mois qui viennent pour créer la dynamique politique et populaire qui permettra de sortir la France de la crise et de réussir le changement.



lundi 28 mars 2011

 

Déclaration nationale du Front de gauche sur le 1er tour des élections cantonales

Au soir de ce premier tour des élections cantonales, la droite persiste à nier la sanction de sa politique issue des urnes. Le rejet de la politique du gouvernement est massif dans le pays et celui qui est passé en force contre une très large majorité de nos concitoyens pour rallonger l'âge de la retraite est sanctionné. L'ensemble des forces de gauche progresse significativement par rapport au scrutin de 2004.

front_de_gauche_simple.jpg

Le Front de Gauche connait une nette poussée.

Le très haut niveau d'abstention est inquiétant. Il exprime le gouffre qui sépare désormais les français des institutions qui les représentent. Tous les stratagèmes auront été utilisés par le gouvernement pour arriver à ce résultat destiné à relativiser l'ampleur de son écroulement. La profonde crise de la démocratie dans notre pays éclate aux yeux de tous. Le Front de gauche se sent conforté dans son appel a une refondation de notre république ! La progression du FN est lourde de danger. La crise capitaliste n'en est que plus menaçante.

Le Front de gauche se porte en première ligne pour combattre les idées xénophobes et réactionnaires portées par le Front national et honteusement banalisées par la majorité présidentielle. Surtout, le Front de gauche proposera une alternative politique cohérente aux Françaises et aux Français qui veulent rompre avec le système actuel.

Alors qu'il se présentait pour la troisième fois devant les électeurs depuis sa constitution, le Front de gauche poursuit son avancée. Les premiers résultats nous indiquent que notre rassemblement obtient un score très largement supérieur à son résultat obtenu aux Régionales de 2010. Mieux nous avons atteint notre objectif d'un score approchant deux chiffres ! Dans de nombreux cantons, nous réalisons une percée très importante avec beaucoup de candidats qui accèdent au second tour.
Le Front de gauche peut être confirmé dimanche prochain comme la deuxième force à gauche en nombre d'élus. Nous appelons ce soir toutes les forces de gauche, sans exclusive, à se rassembler derrière les candidats de gauche arrivés en tête au premier tour pour battre la droite et l'extrême droite.

 

Japon : le PCF demande l’audition de l’Autorité de Sûreté Nucléaire et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

!Déclaration du PCF sur la catastrophe au Japon

logo_pcf.jpg

Le Parti communiste français exprime toute sa solidarité au peuple japonais dans les terribles épreuves qu’il est train de traverser. Le tremblement de terre qui a secoué et continue de secouer le Japon a atteint une force inégalée. Les conséquences humaines et environnementales de ce nouveau cataclysme naturel sont dramatiques, et restent ce dimanche encore insoupçonnées.

Le nombre de pertes humaines atteint sans doute plus de dix mille victimes, des blessés en plus grand nombre encore, des milliers de maisons, d’entreprises et d’infrastructures détruites, un train entier disparu, et une petite ville de 10 000 habitants dont on est pratiquement encore aujourd’hui sans nouvelles car inaccessible aux équipes de secours.

Face à un tel drame humain, l’heure est d’abord à la solidarité. Celle des communistes français s’exprime avec la plus vive détermination. Nous vivons heure par heure l’évolution et nous sommes admiratifs face à l’attitude courageuse et responsable de peuple japonais. Une des toutes premières urgences est de porter secours aux populations, sauver les vies humaines, les protéger et les soigner. Nous nous félicitons que la solidarité internationale s’organise et que la France y contribue avec ses équipes spécialisées. Pour ce qui nous concerne nous entrons en contact avec les organisations progressistes japonaises notamment le Parti communistes japonais.

Il est encore impossible de mesurer l’ampleur des destructions environnementales produites par le tremblement de terre puis le tsunami. La vague de plus de 6m de haut a ravagé toutes les installations industrielles provoquant des incendies dans les raffineries. On ne peut mesurer l’étendue de pollutions de toutes sortes sur les écosystèmes côtiers et à l’intérieur des terres. On apprend qu’un volcan éteint depuis des décennies vient de se réactiver sans connaître ses effets sur les populations situées à proximité.

Enfin les graves accidents nucléaires qui se déroulent actuellement dans les centrales de Fukuschima Daiichi, Fukushima Daini voire maintenant de Onagawa renforcent notre inquiétude et nous font craindre un accident nucléaire s’ajoutant au cataclysme naturel. Les autorités japonaises comme internationales (AIEA) estiment la situation très grave et craignent une catastrophe possible de très grande ampleur.

Le Parti Communiste Français prend très au sérieux cette situation et reste attentif aux différentes informations de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) sur la situation des centrales nucléaires japonaises dont la technologie BWR utilisée est différente de la technologie française. Les autorités japonaises doivent en tout état de cause faire preuve de toute la transparence utile et nécessaire quant à l’évolution de la situation dans ses centrales.

Le PCF mesure l’inquiétude qui s’exprime au sein de la population française relative au nucléaire. C’est pourquoi nous demandons qu’un important dispositif d’information au public soit mis en place. Avec nos parlementaires, nous demandons l’audition publique et immédiate par les commissions ad hoc du Parlement de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) sur la situation. Dans la foulée pourrait être créée une commission d’information ou d’enquête parlementaire afin d’évaluer en lien avec tous les organismes chargés de la sureté nucléaire compétents les risques éventuels que pourraient présenter les installations françaises. Leurs conclusions devront être rendues publiques afin qu’un véritable débat puisse se développer à partir d’informations précises. En effet bien des prises de positions actuelles nous semblent pour le moins prématurées.

Le PCF réaffirme l’importance qu’il attache aux études de sûreté nucléaire et au contrôle stricte de celle-ci, en France et dans le monde. L’acceptabilité sociale de la filière nucléaire nécessite que celle-ci reste plus que jamais dans le domaine public qui doit garantir la transparence, l’indépendance de l’expertise, la qualité de réalisation des installations et de leur exploitation. Les salariés qui travaillent dans le domaine y compris les sous traitants doivent avoir des garanties sociales de haut niveau.

La France et son industrie nucléaire devront tenir compte des conclusions produites notamment par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui précisera les causes de ses accidents.

Ils devront en retirer les enseignements susceptibles d’éclairer les conditions d’exploitation de la filière nucléaire dans notre pays.

Parti communiste français

Paris, le 13 mars 2011.

 

Pour Pierre Laurent : "le gouvernement est disqualifié"

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a estimé mercredi que "tout le gouvernement (était) disqualifié" après les vacances tunisiennes et égyptiennes de Michèle Alliot-Marie et François Fillon, et que cela serait "réglé dans les élections" de 2012.

egypte_sarko.jpg
Sarko et Carla en Egypte....

Interrogé sur TV5 Monde, M. Laurent a déclaré que "cette affaire montre l'indécence de ce gouvernement. On a l'impression qu'ils ne savent pas vraiment dans quel monde on vit", ça a un "côté scandaleux".

"Tout ça est assez ridicule. Le fait qu'on soit obligé de donner des consignes aux ministres parce qu'ils ne savent pas faire la différence entre ce qui est décent de faire et ce qui est totalement indécent, c'est invraisemblable", a-t-il poursuivi.

"Le problème n'est pas qu'ils aillent à l'étranger ou en France, c'est si on se prend des vacances, on se (les) paye", et prendre des vacances "aux frais de régimes qui laissent leur peuple dans la misère quand on est aux affaires en France c'est ça qui est parfaitement inacceptable", selon M. Laurent.

Pour lui, "tout le gouvernement est disqualifié, il faudra régler ça dans les élections", "c'est le gouvernement entier qui doit disparaître".

De plus, à côté de "l'affaire des voyages", "il y a plus important, c'est l'attitude de la France par rapport aux révolutions qui se passent actuellement en Tunisie ou en Egypte" alors qu'"on devrait être au côté des démocrates".

 

Vœux du Mouvement des Jeunes Communistes de Tarn et Garonne

Le samedi 08 Janvier 2011 se tenait, au bar Le Boul Mich à Montauban, les vœux du Secrétaire Fédéral du Mouvement des Jeunes Communistes de Tarn et Garonne, Timothée Moncassin, en présence de dirigeants nationaux du Mouvement, de dirigeants locaux du Parti Communiste, de Marie Claude Bouyssi pour Montauban Citoyenne, de nombreux syndicalistes, associatifs et d’une trentaine de Jeunes Communistes venus pour l’occasion.

CIMG5295_reduite.jpg

Lors de ses vœux, Timothée Moncassin a tenu à féliciter l’ensemble des jeunes qui se sont mobilisés en 2010 contre la réforme des retraites et pour leur avenir, en précisant qu’il ne fallait pas baisser la garde contre les attaques de la droite et du medef et que les Jeunes Communistes « serons toujours sur tous les fronts. Dans les lycées, dans les facs, des les usines. Partout où on exploite, maltraite, méprise... ».

Il a rappelé qu’aujourd’hui le Mouvement des Jeunes Communistes, qui vient d’avoir 90 ans, est la première organisation de jeunes à gauche, et qu’elle portera encore et toujours en 2011 ses idéaux de transformation sociale, de paix, de liberté et d’égalité.

De plus, il a développé les grands axes de bataille du Mouvement pour 2011 : les transports gratuits en Tarn et Garonne, la lutte contre le bétonnage de la Roseraie et du Parc Chambord, le combat pour la libération de Salah Hamouri et Marwan Barghouti des prisons Israéliennes, le soutien au Front de Gauche pour les élections cantonales 2011 et continuer la campagne pour l’emploi, la formation et l’éducation de qualité des jeunes.

logo_roseraie.jpg

Enfin le Secrétaire Fédéral du MJCF 82 a conclu son discours par des vœux d’espoirs pour « celles et ceux qui souffrent, luttent et se battent contre ce système injuste » pour une année 2011 qui soit « rouge ! ».

 

Le refus de l’Élysée d’augmenter le SMIC est insupportable

Dans un rapport du ministère du Travail publié le 30 novembre, l’ensemble des experts sollicités ont préconisé de « limiter le prochain relèvement du Smic(...) à l’application des mécanismes automatiques légaux », autrement dit : pas d’augmentation sauf celle, dérisoire, qu’oblige la loi, soit 0,5% d’augmentation.

logo_smic.jpg

Pour la cinquième année consécutive, crise ou non, c’est toujours le même refrain qu’on sert à ceux qui n’ont presque rien pour vivre : « circulez, il n’y a rien à voir ».

Pourtant, l’année est très florissante pour d’autres... Au 1er semestre, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont enregistré une hausse de 86% par rapport à 2009 à la même période, soit 41,5 milliards d’euros. Ce refus têtu de l’Élysée de donner un coup de pouce aux plus démunis est insupportable !

Le PCF s’insurge contre le sort qui est fait à un Français sur dix payé seulement 1055 euros par mois ; soit 100 euros de plus que le seuil de pauvreté. Nous demandons une revalorisation immédiate de tous les salaires à partir du relèvement à 1600€ bruts du SMIC mensuel.

Parti communiste français,

Paris, le 3 décembre 2010

 

Participons à la souscription pour développer l'Humanit...Par Patrick Le Hyaric Directeur de l’Humanité!

Comme chacune de nos lectrices et chacun de nos lecteurs peut l’observer, l’Humanité est le journal de la défense des retraites à 60 ans à taux plein. Il fait en permanence appel à la réflexion, au débat, à l’intelligence. Il a été le seul à publier intégralement le texte gouvernemental et à aider à le décrypter. Le seul à donner la parole à tous les dirigeants syndicaux, sans exception.

humanit__souscription.jpg

Le seul journal à démontrer que d’autres solutions pour une réforme juste et efficace existent. Le seul journal à publier le contre-projet de loi déposé par les parlementaires communistes et du Parti de gauche. Le seul journal à donner la parole à tous les responsables de tous les partis de gauche et écologistes, au cœur de ce mouvement social inédit. Le seul journal à aider à suivre le débat parlementaire en direct des assemblées. Le seul journal référent du mouvement social et au service de celui-ci.

L’Humanité prouve ainsi chaque jour son utilité pour les forces syndicales, le mouvement social et l’indispensable front progressiste.

Un bel accueil lui est chaque fois réservé dans les manifestations, où des dizaines de milliers d’exemplaires du quotidien sont diffusés. Les Ouvriers du livre ont rendu un beau service au mouvement en permettant, en coopération avec la rédaction et les services de diffusion, d’éditer, mardi dernier, une «?édition spéciale manifestations?» distribuée à 25?000 exemplaires dans le cortège parisien. Qu’ils en soient tous ici remerciés. À sa façon, l’Humanité participe au développement du mouvement social et à la création d’un rapport de forces politique nouveau.

Afin de permettre à l’Humanité d’être encore plus utile et plus efficace, nous vous proposons de relancer la souscription populaire pour faire face aux frais supplémentaires que nous avons engagés pour suivre le mouvement au plus près, produire des analyses, donner la parole à toutes les actrices et à tous les acteurs de l’action inédite engagée.

Pour tout souscripteur imposable, une réduction d’impôt de 66?%, sur la somme versée, est désormais accordée. Pour que l’Humanité soit encore plus utile, plus efficace, aidons-la à se développer en faisant connaître son contenu et en participant à la grande souscription populaire que nous relançons dès aujourd’hui jusqu’à la fin de l’année.

D’avance, merci à toutes et à tous.

Pour participer à la souscription, imprimez le formulaire en cliquant ici

 

A gauche toute !

bandeau_nouvelles.jpg

L’édito des nouvelles par Jean-Paul POITOU

Qui pouvait encore espérer qu’un remaniement ministériel orchestré par Sarkozy, allait accoucher d’une pause dans les réformes sous le forme d’un virage social ?

Quand on constate comment la réforme des retraites a été menée tambour battant malgré un mouvement social d’une formidable ampleur, on devait s’attendre à la poursuite d’une signature de gouvernance à caractère ultra libéral.

Et pour cela quoi de plus naturel de recentrer le gouvernement autour des doctrinaires aboyeurs qui sont récompensés pour leur zèle déployé jusque là..

Avec une telle architecture, ce gouvernement non seulement va envoyer des signes pour resserrer les rangs autour des valeurs de la droite décomplexée et conservatrice pour mobiliser le cœur de son électorat notamment la frange la plus dure.

D’ailleurs s’étonne t on encore à Montauban du fonctionnement autocratique de Mme Barèges qui, depuis qu’elle est à la tête de la ville, multiplie les provocations et méprise la démocratie.

Les derniers incidents en date du Conseil municipal illustrent à merveille la façon de procéder : se retrouver entre soi, avec des conseillers municipaux aux ordres qui ne s’expriment pas et qui votent ce qu’on leur a dit de voter. On musèle l’expression de l’opposition en lui coupant le micro, en modifiant le règlement intérieur pour lui réduire le temps de parole car elle fait ,soit disant de l’obstruction en politisant tout, un comble , quand il s’agit de prendre des décisions qui auront des incidences sur le quotidien des administrés (ordures ménagères, eau, assainissement, le crématorium, la construction du golf, le réaménagement de la Roseraie….)

Il faudra s’attendre à s’employer encore pour combattre cette dérive droitière dans nos institutions et ne pas se priver d’exprimer notre mécontentement dans les urnes, lors les cantonales de 2011 dans la perspective des présidentielles et des législatives.

Sarkozy et sa clique ne seront jamais au service du social mais bien à la botte des puissants de la finance et du MEDEF avantageant les copains et les coquins. Qu’on se le dise !

Nous ne voulons pas d’une société clanique .Nous revendiquons une société juste, respectueuse des droits et des libertés, progressiste, où chacun puisse vivre décemment.

Pour cela, ils nous faut faire front pour entamer un virage à gauche en toute occasion.

Front de gauche évidemment !

nvellesabonnements.JPG

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE (in l'ELU d'AUJOURD'HUI)

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...

Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecrb.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

CANTINE SCOLAIRE ET DROIT REPUBLICAIN A LABASTIDE SAINT PIERRE

A la suite du bras de fer initié cet été par David Pellicer, conseiller municipal communiste et par ailleurs candidat aux cantonales 2011, un article est paru dans le journal "L'élu d'aujourd'hui".

Candidats_Front_de_Gauche_021.JPG

Une fois encore, l'utilité des élus communistes n'est plus à démontrer...









Vous trouverez ci après le lien pour accéder à cet article en cliquant sur la photo!

anecr_l.jpg

 

La démocratie selon Mme Barèges!

Suite au conseil municipal mouvementé du 25 octobre, Mme Barèges a adressé une leçon à tous les agitateurs qu’elle traite d’anti démocrates : « Le pouvoir pour moi, il n’y en a qu’un. C’est celui qui sort des urnes. Le pouvoir n’est pas à la rue… ».
logo_Mtb.png

Depuis le début du conflit sur les retraites, certains tentent d’opposer « légalité du législatif » et « légitimité de la rue ». Pour Mme Barèges, la démocratie se limite à mettre un bulletin de vote dans une urne. Une fois les élus désignés, silence dans les rangs.
Le citoyen n’aurait donc le droit de s’exprimer que lors d’une échéance électorale. C’est une vision plus que limitée du rôle du citoyen dans la cité. Le vote est certes important mais il ne confère pas à l’élu un blanc seing sur toute la durée de son mandat, surtout si l’élu ne respecte pas ses déclarations et promesses de campagne. Faut-il rappeler à Mme Barèges que le Président Sarkozy a affirmé ne pas avoir reçu de mandat pour revenir sur la retraite à 60 ans ?

La démocratie « souveraineté du peuple » s’exerçait à Athènes avec l’équivalent d’un Sénat et avec l’Ecclésia, l’assemblée des citoyens. « Tous les citoyens avaient le droit de prendre la parole et de voter à l’Ecclésia (source wikipédia) », c’est ce qu’on appelle la démocratie directe et c’est ce que Mme Barèges ne veut pas. Aujourd’hui, l’Ecclésia c’est la rue ! Et elle n’en est pas moins légitime que le vote.

Sur les retraites et leur financement, il n’y a pas eu de véritables discussions et négociations au niveau national. Rien d’étonnant à cela, le pouvoir craint les citoyens qui se mettent à réfléchir. L’exemple du référendum sur le traité constitutionnel leur a servi de leçon.

Dans ces conditions, la rue continuera à s’exprimer et nous n’oublierons pas d’aller voter lors des prochaines échéances, Mme Barèges peut en être sure.

Guy Daimé.

- page 1 de 22